Retour

5 conseils pour faire le bilan de son année professionnelle

Maintenant que la période des fêtes est finie et que l’année 2020 a officiellement commencé, il est temps de faire un bilan de l’année 2019. Chaque année comprend ses réussites, ses échecs, ses moments agréables et ses déceptions… Le meilleur moyen de bien commencer l’année qui se profile est de faire un bilan de la précédente et d’en tirer des leçons.

En effet, le bilan annuel a pour vocation de dresser une autoévaluation honnête de son évolution professionnelle sur une année donnée et de se poser ensuite les bonnes questions pour s’améliorer et atteindre les objectifs encore non atteints.

Cet exercice peut être un peu compliqué car il demande de revisiter ses erreurs, ses échecs et ses moments difficiles. Il faut ensuite les analyser en profondeur pour en tirer les bonnes conclusions et les laisser définitivement derrière nous, en 2019.

Cela dit, il est important de se rappeler que le bilan annuel n’est pas une séance d’autoflagellation : rien ne sert d’être trop dur avec soi-même et de se blâmer, ni même d’ailleurs de se mettre une pression trop lourde pour cette nouvelle année. L’idée est seulement de se poser et de prendre du recul sur ses objectifs, ses résultats et ses méthodes de travail.  De plus, le bilan annuel demande également à ce que vous revisitiez les bons moments et l’ensemble de vos réussites !

Voici nos 5 conseils pour élaborer le meilleur bilan annuel possible :

  1. Trouver une phrase pour décrire votre année

 Pour commencer, il est intéressant de trouver une phrase ou un mot-clé pour décrire votre année. Cela peut être un sentiment ou un thème. Par exemple, si vous avez passé une année riche en découvertes et en nouvelles expériences, vous pouvez l’appeler « 2019, l’année de la découverte ». Une phrase simple et courte vous permettra de marquer l’année achevée dans votre mémoire et, pourquoi pas, de la comparer plus tard à celles à venir.

  1. Faire le point sur votre apprentissage

La clé pour un bilan annuel réussi est de savoir se poser les bonnes questions. « Qu’ai-je appris cette année ? » « Comment ai-je progressé par rapport à l’année précédente ? » « L’année écoulée m’a-t-elle permis d’évoluer dans ma carrière professionnelle ? »

Ainsi, il est important de revoir tous les objectifs que vous vous étiez fixé et de voir ceux que vous êtes parvenu à accomplir facilement, ceux qui vous ont posé des difficultés et ceux que vous avez simplement abandonné. La prochaine étape est de se demander pourquoi vous n’avez jamais réussi à atteindre certains objectifs et comment vous avez réussi à en accomplir d’autres. Pour l’année 2020, qu’aurez-vous besoin pour atteindre les objectifs manqués ?

Il est important d’insister sur le fait que cette étape ne doit en aucun cas être focalisée sur vos échecs et les choses que vous n’avez pas faites. Pour vous aider à faire mieux l’année prochaine, vous devez aussi impérativement passer du temps sur vos réussites afin de comprendre quelle est votre recette du succès.

Lors de cette introspection, nous avons plus souvent tendance à réfléchir selon nos objectifs personnels. Mais pour un bilan professionnel, il est important de s’obliger à penser également aux objectifs de l’entreprise et à analyser nos actions qui ont impacté l’ensemble de l’activité.

  1. Faire un bilan sur vos relations professionnelles

Nos relations avec nos collaborateurs, nos managers et nos clients ont un impact direct sur notre évolution professionnelle et nos performances. Il est donc important de prendre le temps d’analyser cet aspect relationnel dans notre bilan annuel.

Quels ont été les acteurs qui m’ont permis d’atteindre mes objectifs ? Qui a su me guider et m’aider dans mes moments les plus difficiles ? Qu’ai-je appris grâce à mes collaborateurs ? À mes clients ?

Ces questions vous permettront de mettre en lumière les relations bénéfiques à votre réussite et celles plus toxiques. Vous saurez ainsi vers qui vous tourner en 2020.

  1. Faire un bilan sur votre bien-être

Comment vous sentez-vous en cette fin d’année ? Plutôt stressé, fatigué ? Ou, au contraire, en pleine forme et motivé comme jamais ?

Si vous êtes stressé et fatigué, alors le bilan annuel est l’occasion idéale de revoir votre organisation et de réarranger votre agenda pour l’année prochaine, afin de vous laisser un peu de temps pour respirer et prendre soin de vous. Souvenez-vous également qu’une meilleure organisation vous permettra également d’être plus productif et de faire plus en peut-être moins de temps.

  1. Réfléchir à vos motivations

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ? Qu’est-ce qui vous plaît le moins ? Qu’est-ce qui vous motive en vous levant le matin ? Qu’est-ce qui vous manquerait pour optimiser vos résultats ?

Aucun poste n’est parfait, et chaque emploi s’accompagne de son lot de tâches plus pénibles et moins intéressantes. Ceci étant dit, il est très important de ne pas perdre de vue ce que nous apporte notre travail. Est-ce que votre travail vous permet de vous épanouir et d’atteindre vos objectifs personnels ? De vous enrichir en connaissance et de vous épanouir ?

Les réponses à ces questions vous permettront de vous rendre compte si vous êtes au bon endroit ou s’il est temps de changer et de commencer une recherche pour un nouvel emploi dans une nouvelle entreprise. Un bilan annuel c’est aussi ça : prendre les décisions nécessaires pour faire de 2020 la meilleure année possible.

 

Une fois votre bilan annuel terminé, l’idéal est de prendre le temps de mettre vos conclusions sur papier, comme une sorte de contrat avec vous-même. N’hésitez pas, au cours de l’année, à le relire et à faire des points réguliers sur l’avancement de vos objectifs et de vos projets.

Cet exercice sera d’autant plus facile si vous vous fixez en amont des objectifs précis, facilement mesurables et avec des échéances claires.

Enfin, souvenez-vous que, peu importe le bilan général que vous ferez de votre année 2019, ce qui compte n’est pas ce que vous avez fait, mais ce que vous avez appris et ce que vous ferez en 2020 !

Article suivant
Suivant

Salariés « boomerang » : une solution à la pénurie de talents ?