Retour

Nos conseils pour réussir votre période d’essai

Félicitations, vos recherches ont porté leurs fruits et après avoir passé haut la main toutes les étapes du processus de recrutement vous voilà prêt à intégrer votre nouvelle équipe. Vous n’êtes pourtant pas encore tout à fait au bout de vos peines, vous devez encore faire vos preuves lors de la période d’essai. Courage, voilà quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

La période d’essai, qu’est-ce que c’est ?

 

Bien que la période d’essai ne soit pas obligatoire, elle figure presque automatiquement sur tous les contrats de travail. Elle peut durer entre 1 mois et 4 mois renouvelable une fois, selon votre fonction dans l’entreprise, et est utile aussi bien pour le recruteur que pour le candidat.

Dans un premier temps, elle permet à l’entreprise de vous tester et de vérifier qu’elle a fait le bon choix en vous recrutant. C’est ainsi l’opportunité pour elle de s’assurer que vos compétences et aptitudes relationnelles sont en phase avec sa culture et ses attentes.

Dans un deuxième temps, elle vous permet à vous candidats de vous projeter à long terme sur votre poste et d’expérimenter la réalité du terrain. Ces quelques semaines de « test » sont donc aussi une occasion pour vous de vous poser les bonnes questions et vous rendre compte si oui ou non l’entreprise et ses missions représentent une bonne opportunité pour votre carrière.

Une fois cette période d’essai achevée, elle peut être prolongée de quelques semaines, ou elle peut mener à une rupture de contrat ou une embauche officielle. Il est donc très important de prendre cette étape au sérieux.

  1. Adoptez la bonne attitude

Vous arrivez dans une nouvelle entreprise, il est donc normal que vous ne puissiez pas être opérationnel dès les premiers jours. En revanche, votre savoir-être et votre personnalité joueront un rôle très important dès le début. La bonne attitude à adopter est une attitude professionnelle et dynamique : montrez que vous êtes motivé et enthousiaste !

Ne réagissez pas négativement sous la pression, montrez-vous ouvert au dialogue, aux critiques et gardez une attitude humble. Il est normal de vouloir faire bonne impression et d’impressionner ses nouveaux collègues, mais n’oubliez pas que c’est vous qui êtes là pour apprendre.

  1. Comprendre et s’adapter à la culture d’entreprise

Une des qualités les plus importantes dans le milieu professionnel est l’adaptabilité. C’est d’ailleurs principalement ce que l’entreprise va attendre de vous lors de cette période d’essai. Il est donc essentiel pour vous d’analyser et de comprendre rapidement la culture d’entreprise pour vous y intégrer plus facilement. Tout est une question d’observation des codes et des comportements : comment se déroulent les réunions ? Les pauses déjeuners ? Quel est le code vestimentaire ? Plutôt costume/tailleur ou jean/t-shirt ? Les relations entre individus sont-elles amicales ou strictement professionnelles ? L’entreprise organise-t-elle régulièrement des évènements d’équipe ?

Une fois que vous aurez bien assimilé les valeurs, les habitudes et les comportements de chacun, il vous sera aussi plus facile de travailler en équipe et de développer des liens avec vos collaborateurs.

Vous pouvez d’ailleurs prendre l’initiative d’organiser une sortie avec ces derniers pour apprendre à mieux les connaître et montrer votre bonne foi et volonté de vous intégrer. Si vous avez un rôle de management au sein de l’entreprise, il est très important que vous preniez le temps d’organiser des entretiens individuels pour rapidement apprendre à connaître votre équipe et sa façon de travailler.

  1. N’hésitez pas, exprimez-vous !

Les premiers jours de cette période d’essai risquent d’être un peu difficile : vous allez devoir assimiler un grand nombre de nouvelles informations et vous adapter à de nouveaux process et peut-être même développer de nouvelles compétences. Ne vous inquiétez pas vos managers savent qu’il faut du temps pour qu’un nouvel employé prenne ses marques et ne s’attendent pas à vous voir devenir un employé modèle en un mois. N’hésitez donc pas à poser toutes les questions nécessaires pour vous aider au mieux dans votre nouveau poste. Vous pouvez même demander à faire des points réguliers avec votre N+1, dans un premier temps pour bien vous aider à comprendre ce qu’il attend de vous, mais également, plus tard, pour lui demander ce qu’il pense de votre travail et vous assurer que vous avancez sur la bonne voie.

Personne ne vous en voudra de poser beaucoup de questions, au contraire cela montre que vous êtes motivé et prêt à apprendre ! Et plus vous poserez de questions, plus rapidement vous serez complètement autonome.

N’hésitez pas également à être force de proposition. Après tout, si on vous a recruté c’est parce qu’on attend de vous de nouvelles idées et que l’entreprise est ouverte au changement.

Votre employeur souhaite établir avec vous une relation de confiance, et cela ne peut que le rassurer de voir que vous savez aisément communiquer et exprimer vos doutes, vos questions, et vos projets.

  1. Ne vous laissez pas abattre

Il n’est pas rare qu’une période d’essai soit renouvelée, cela arrive d’ailleurs dans plus de 70% des cas. Ne le prenez pas comme un échec, c’est au contraire une seconde opportunité pour vous de prouver que vous avez ce qu’il faut pour le poste ! Ce renouvellement ne veut pas nécessairement dire que la première période d’essai a été un échec, au contraire. Si c’était le cas, l’entreprise mettrait simplement fin à votre contrat. La plupart du temps la raison est beaucoup plus simple : le recruteur a besoin de plus de temps pour vous évaluer, car il est difficile d’avoir un avis net et tranché sur un individu au bout d’un mois seulement.

Si vous avez besoin de vous rassurer, n’hésitez pas à approfondir ce point avec votre manager ses attentes à votre égard et bien sûr ses impressions sur votre travail et vos premiers mois.

Article suivant
Suivant

Erreurs de recrutement : agir vite pour limiter les dégâts