Retour

Millenials : comment attirer et fidéliser cette génération volage ?

On appelle « Millenials » les personnes nées entre 1980 et 2000, ils sont aussi appelés la “Génération Y”. Les Y sont celles et ceux qui utilisent les nouvelles technologies autant au quotidien que dans leur travail. Ils sont devenus la priorité des grandes entreprises mais également des start-up.

En effet, les Y sont les consommateurs de l’avenir et c’est pour cela que les entreprises portent sur eux un intérêt tout particulier.

Mais ce n’est pas pour autant que la plupart des sociétés les comprennent. De nombreuses études ont été faites pour essayer de les cerner car ils apprennent vite et sont particulièrement mobiles. D’après ces mêmes études, on peut constater qu’un « Millenial » sur deux a tendance à changer de poste au bout de 3 à 5 ans et 23% d’entre eux changent seulement au bout de 6 mois.

  • Qu’est-ce qui les poussent à changer d’emploi ?

Étonnamment ce n’est pas la recherche d’une meilleure rémunération qui les motive, mais plutôt le fait de trouver un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et personnelle. Une fois cet équilibre trouvé, ils mettent l’accent sur leur envie de développer leurs compétences personnelles, et recherchent de la part des entreprises plus de flexibilité et davantage de formations dans le but de toujours évoluer. Cette nouvelle génération est de moins en moins impressionnée par leur N+1, même si d’après une étude, près d’un « Millenial » sur deux estime qu’une hiérarchie est nécessaire au sein d’une structure. Vous l’aurez compris, le salaire est bien la dernière chose qui les motiverait à rester si toutes les autres conditions n’étaient pas réunis.

  • Alors comment intéresser les « Millenials » ?

C’est une génération très créative, qui veut se faire entendre. Une entreprise qui les laisse exprimer leurs opinions et défendre une cause qui leur tient à cœur est une entreprise qui saura s’adapter au fonctionnement des « Millenials ». Vous l’aurez compris, l’ennui est l’ennemi n°1 de la génération Y, et il peut vite prendre le dessus et les amener vers la porte de sortie. Pour cela, il est intéressant de mettre en place des objectifs, des challenges, en clair de les stimuler.

Selon une étude, le fait d’avoir un e-patron, c’est-à-dire un patron connecté et donc capable de se servir des dernières technologies, serait également un plus pour les Y. Avoir dans l’entreprise des personnes qui s’adaptent à l’air du temps est important pour eux. De plus, ils apprécient un rapport d’égalité entre la direction et le reste de l’équipe : ce n’est pas parce que vous êtes le dirigeant que vous devez posséder la meilleure place de parking ou encore le plus grand bureau, loin des salariés. Savoir être équitable est un plus qui attire cette génération car les Y acceptent difficilement les avantages « tape-à-l’œil » que certains dirigeants d’entreprises peuvent avoir.

  • Les intéresser c’est bien mais les fidéliser c’est encore mieux 

De nombreux articles parlent du bien-être au travail, et ceci est une réalité car, en effet, pour les Y l’ambiance au travail est primordiale, c’est peut-être même le critère n°1. Mettre l’accent sur la reconnaissance, la cohérence et l’éthique est nécessaire pour donner un sens au mot « équipe ».

De plus, une souplesse et une flexibilité de la part de la hiérarchie est recommandée car pour cette nouvelle génération ce sont des critères importants pour la sélection d’une entreprise, comme avoir la possibilité d’accéder au télétravail, par exemple. De même, les « Millenials » sont davantage sensibles aux signes de reconnaissance d’un travail bien fait.

  • 3 idées pour attirer les « Millenials » :
  1. Faites-les se sentir intégrés à une équipe : Cultivez les liens entre les employés, la convivialité et l’esprit de groupe.
  2. Créer un équilibre de vie : Offrez-leur des horaires flexibles et faites leur confiance. L’important est qu’ils aient la possibilité de choisir et de se sentir à l’aise dans l’entreprise.
  3. Savoir rester humain : Manager ne signifie pas être constamment autoritaire, sachez cultiver la politique de porte ouverte et offrez le soutien nécessaire au bon moment.
Article suivant
Suivant

L’absentéisme au travail : un véritable fléau