Retour

Génération Y et Z : une nouvelle façon de travailler

Les jeunes générations sont souvent la cible de critiques pour les générations plus anciennes, et ce particulièrement en lien avec leur attitudes en entreprise, et leur rapport au travail en général. Mais cette envie de changer le monde professionnel est-elle vraiment négative ? Après tout, l’innovation est devenu un concept très populaire ces dernières années. Mais en quoi les générations Y et Z sont-elles différentes des anciennes ?

Génération Y et Z… Qu’est-ce que ça veut dire ?

La génération Y (aussi appelée « millennials ») regroupe les individus nés entre les années 1980 et 1995. En 2015, elle représentait 40% des salariés en entreprise. Cette génération est caractérisée par plusieurs phénomènes : ils ont assisté à la naissance d’Internet, ils ont été élevé à une époque où l’enfant était roi, ils connaissent aujourd’hui le chômage de masse, et ils sont très sensibles aux enjeux environnementaux.

La génération Z (ou « centennials ») regroupe les individus nés après 1995, jusqu’à nos jours. Elle est ultra-connectée, très à l’aise avec les nouveaux outils de communication, et fait tout très vite. Mais c’est une génération qui a pris l’habitude d’être constamment stimulée dès le plus jeune âge, et se lasse et s’ennuie donc aussi très vite.

Des nouvelles attentes au travail

Sans aucun doute, ces deux groupes d’individus marquent une rupture forte, dans la société en générale, mais particulièrement dans le monde du travail. Ces deux générations sont très différentes de celles qui les ont précédées, et ont des exigences bien plus élevées par rapport au travail en entreprise. Cela dit, ces exigences ne sont pas forcément en lien avec le salaire. Ils attendent en revanche que leur travail s’accorde avec leur mode de vie et leurs aspirations personnelles. 4 « centennials » sur 5 n’envisagent pas de faire un métier pour lequel ils n’ont pas de passion. C’est notamment pourquoi l’entreprenariat est très populaire chez les jeunes actifs, en particulier le concept de start-up. Il est plus facile de se donner à 100% et d’aimer ce que l’on fait quand il s’agit de son projet à soi.

Les Z et Y ont conscience qu’occuper un poste toutes leurs vies est un concept qui appartient au passé. À présent, leur objectif est d’évoluer à titre individuel en passant rapidement d’un poste à un autre pour acquérir le plus d’expérience possible. Lorsqu’ils sont en entreprise, ils s’engagent fortement dans leur travail, mais sont moins fidèles que les anciennes générations. 3 salariés de la génération Y sur 5 considèrent les opportunités de développement personnel comme le critère majeur pour choisir une entreprise.

Ils passent très facilement d’un projet à un autre, parfois ils peuvent même travailler sur plusieurs projets en même temps. Leur rythme de travail est très différent de leurs collaborateurs plus âgés : ils ne font plus de différence entre leurs vies professionnelles et leurs vies privées. Ils s’autorisent à consulter leurs réseaux sociaux, passer des coups de fil personnels, réserver leurs vacances ou même faire des achats en ligne aux heures de travail. En revanche, leurs journées peuvent commencer très tôt, et finir très tard. Ils n’ont aucun problème à l’idée de travailler le soir, chez eux, ou même le week-end. Pour eux, le travail n’a plus de limite de temps, ni de lieu. Enfin, la notion de bien-être et de plaisir au travail est très importante pour eux. On notera également que 74% des actifs appartenant à la génération Y préfèrent travailler dans des petites équipes.

En effet, leur idée du management tend à encourager un changement positif. 67% rêvent d’une manager bienveillant qui leur fera confiance au quotidien, et 49% ne veulent pas d’une structure trop hiérarchique et pyramidale au sein des entreprises.

Comment les entreprises peuvent s’adapter aux salariés de demain ?

Afin de répondre aux nouvelles attentes et manières de travailler de leurs employés, les entreprises ont mis en place certains dispositifs, afin de facilité la productivité pour les nouvelles générations. On voit notamment se développer des réseaux sociaux internes et des horaires de travail plus flexibles où des moments de la journée sont dédiées à des projets personnels.

Article suivant
Suivant

Le bien-être au travail : la solution pour augmenter la productivité ?