Retour

Recrutement collaboratif : la méthode du futur !

La révolution du digital n’a épargné presque personne, et certainement pas les RH. On parlait même de RH 2.0 pour rappeler l’immense importance que le web et les réseaux sociaux ont à présent sur ce secteur d’activité. À présent, on entre dans l’ère des RH 3.0 basé sur la cooptation.

De plus en plus en vogue ces dernières années, le recrutement collaboratif est à présent l’un des plus plébiscités par les entreprises et les professionnels. En 2017, 42% d’entre eux ont eu recours à cette méthode et la cooptation est actuellement considérée comme le troisième moyen le plus efficace pour recruter un cadre. En effet, il permet d’impliquer plus de collaborateurs pour ainsi réunir leurs expertises avec celle des professionnels du recrutement pour optimiser le résultat final : une intégration réussie.

Cette solution s’avère même avoir un impact à différents niveaux, au-delà du recrutement. Elle est également une source de motivation pour les acteurs de la cooptation : le coopté cherchera à faire de son mieux une fois intégré dans sa nouvelle entreprise pour ne pas décevoir la personne qui a soutenu son dossier, cette dernière sentira un regain de motivation et d’appartenance envers son entreprise après l’avoir aidé à prendre une décision importante.

Souvent comparé à la « sharing economy » ou « économie collaborative » en français, ce système de recommandation a déjà été adopté chez le géant Google où 80% des embauches aboutissent à la suite d’une cooptation.

On peut d’ailleurs en mesurer d’ores et déjà l’efficacité : 64% des entreprises estiment que les meilleurs candidats sont issus de la recommandation. De plus, 43% des candidats recrutés par ce biais restent employés dans la même entreprise pendant un minimum de 3 ans.

Si vous êtes convaincu et que vous cherchez actuellement à agrandir votre structure, WOM Recrutement est un cabinet de conseil basé sur le bouche-à-oreille et la cooptation. Pour en savoir plus, contactez-nous : 04 78 68 94 21.

Article suivant
Suivant

Recrutement : les diplômes sont de moins en moins importants