Retour

Recrutement 2018 : le bilan chiffré

Les résultats d’une enquête annuelle sur le secteur du recrutement en 2018 ont récemment été publiés. Plus de 2600 actifs et 300 recruteurs français y ont participé.

Canaux de recrutement

En 2017, seulement 2 actifs sur 10 utilisaient leur téléphone mobile pour postuler. Cette tendance s’est fortement démocratisée, puisqu’à présent c’est le cas de plus d’un Français sur deux. C’est pourquoi plus de 55% des recruteurs ont développé une version mobile de leur site internet RH (on en comptait que 48% en 2017).

Les candidatures spontanées et la cooptation restent également des méthodes très en vogue. À noter que les chercheurs d’emploi ne sont que 12% à accompagner leur candidature d’un mail ou d’une lettre de motivation. Côté recruteur, ils sont une forte majorité à ne consacrer pas plus d’une heure à la rédaction de leurs offres.

Enfin, plus de 3 candidats sur 5 expliquent que les recruteurs ne répondent jamais (ou rarement) à leurs candidatures. Un chiffre intéressant puisque lorsque l’on pose la question aux recruteurs, seulement un sur dix avoue ne pas toujours répondre.

Les annonces

Concernant les annonces, on apprend que le descriptif du poste et de la mission sont les éléments les plus importants pour plus de la moitié des candidats, suivi par la localisation du poste et les compétences attendues. On notera que le salaire n’arrive qu’à la cinquième place.

78% des actifs expliquent que leur expérience candidat impacte fortement leurs attitudes de consommateurs par rapport à l’entreprise, elle aussi facteur important pour les candidats. Avant de postuler, ces derniers s’informent sur le secteur d’activité, la réputation et les valeurs de l’entreprise.

Les critères d’embauche

Nous l’avons suffisamment répété cette année, les soft skills prennent de plus en plus le dessus sur les compétences. Le savoir-être est notamment jugé « très important » par près de 9 recruteurs sur 10. Il est d’ailleurs un motif de refus pour 98% des recruteurs, tandis que 85% se disent prêt à le privilégié par rapport aux diplômes.

Il semble que le sujet ait réussi à mettre d’accord les actifs et les recruteurs, puisque les deux s’accordent à dire que les soft skills les plus importants sont l’esprit d’équipe, l’autonomie, le respect et l’ouverture aux changements.

Les nouvelles technologies aux services du recrutement

La tendance digitale des chatbots tente progressivement de se faire une place dans le domaine du recrutement, mais ce n’est pas encore tout à faire un succès : 3 actifs sur 5 ne savent pas de quoi il s’agit, et seulement 9% d’entre eux l’utilisent. Côté recruteurs, seulement 3% a déjà essayé de l’implémenter au processus de recrutement.

Le concept des annonces augmentées ( photos, vidéos…) est encore peu démocratisé, mais 59% des candidats estiment que cela les influence dans leur choix de postuler.

Enfin, les services de visioconférence restent les plus utilisés pour faire passer des entretiens à distance (75%).

RGPD

Pour ce qui est de la protection des données personnelles, plus de la moitié des recruteurs interrogés disent avoir mis en place un « process particulier pour la gestion des candidatures ». Ils ne sont que 11% à avoir trouvé l’impact de la RGPD « très important ».

Nous attendons avec impatience de voir ce que l’année 2019 nous réserve !

Article suivant
Suivant

Mauvais manager : un motif de démission