Retour

« Raison d’être » : l’enjeu des entreprises en 2019

Le patron de BlackRock, la société multinationale de gestion d’actifs, Larry Fink, aussi connu pour être le plus gros actionnaire du monde, a récemment encouragé les entreprises à bien définir leur « raison d’être ». Pour lui, c’est un des critères principales permettant de donner du sens et de favoriser la cohésion d’équipe.

« C’est ce qu’une entreprise fait chaque jour pour créer de la valeur pour l’ensemble de ses parties prenantes. […] Il est primordial pour les entreprises qui souhaitent attirer et fidéliser les meilleurs talents d’articuler clairement leur raison d’être » a-t-il écrit dans une lettre annuelle destinée aux patrons des entreprises dans lesquelles il investit.

En effet, il explique que les Millennials occupent aujourd’hui une place de plus en plus importante sur le marché du travail, et qu’ils sont amenés à très vite devenir la génération majoritaire dans les entreprises. Pour 63% d’entre eux, l’objectif capital des entreprises devrait être « d’améliorer la société ». Ce sont des candidats très sensibles aux questions environnementales et sociales et le positionnement des entreprises sur ces sujets influencent grandement leurs décisions en tant qu’employé, mais aussi en tant qu’investisseurs.

Qu’est-ce exactement que la raison d’être d’une entreprise ? C’est l’ensemble des réponses à ces trois questions : « Pourquoi l’entreprise existe-t-elle ? », « Qu’est-ce qu’elle apporte à ses clients ? » et « En quoi se démarque-t-elle de ses concurrents ? »

Chaque entreprise a une raison d’être unique, c’est d’ailleurs un des ingrédients de la recette : la singularité. L’autre ingrédient est le besoin du client. On peut prendre quelques exemple, comme celui de Google : « Organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous », ou bien même celle de Nike : « Apporter l’inspiration et l’innovation à tous les athlètes dans le monde ».

Enfin, pour être vraiment impactante, elle doit être ouverte, comprise par tous et engageante. Il est également très important qu’elle soit incarnée à chaque niveau de hiérarchie de l’entreprise.

Cette conversation est amenée à beaucoup évoluer en France avec le projet de loi Pacte qui est actuellement en cours d’examen au Sénat. Elle propose de modifier le Code Civil et le Code du Commerce en introduisant la notion d’intérêt social de l’entreprise. Elles pourront également se doter d’une raison social dans leur statut.

Article suivant
Suivant

5 raisons pour lesquelles vous n’avez pas été embauché